05/08/2010

Piratage : et si on s'était foutu de nous ?

TELECHARGEMENT-ILLEGAL.jpg Ça y est, Hadopi est prête ! Prête à quoi ? A sanctionner bien sûr, munie de sa riposte graduée, elle va en effet entrée en action sous peu. Qui ? Quand ? Comment ? On attend encore de voir à l'oeuvre le fameux organisme gouvernemental anti-piratage.
Mais à l'heure où elle va entrer en scène, je vous conseille un très long mais très passionnant article du ReadWriteWeb : Lumière sur les effets du piratage de films.
Parce que la précipitation dans laquelle Hadopi a été montée et la force des lobbys en présence, ont fait qu'on a peut-être oublié de faire le véritable bilan du téléchargement illégal. Le ReadWriteWeb l'a fait. Histoire de positionner le site en question, voici son à propos :
"ReadWriteWeb est un blog dédié aux technologies internet qui en couvre l’actualité et se distingue par ses notes d’analyse et de prospective ainsi que par l’accent mis sur les usages et leur impact sur les média, la communication et la société.
ReadWriteWeb est classé parmi les blogs les plus influents de la planète par Technorati et Wikio, il est publié en anglais, en français, en coréen, en espagnol, en portugais et en chinois. Ses articles sont publiés dans la rubrique technologie du New York Times."

Ça n'a pas l'air d'être des rigolos, donc. Dommage que leurs voix ne portent pas plus dans les débats. Ça éviterait de faire des lois inadaptées...et donc inutiles !
La preuve ? Voici juste un petit extrait qui en dit long : "Pour sa part, le gou­ver­ne­ment ne connaît que des effets néga­tifs. Pour lui aussi, le télé­char­ge­ment illé­gal de films aug­mente consi­dé­ra­ble­ment les coûts d’application du droit d’auteur. Ainsi, le député Hervé Féron remarque en juin 2010, que le coût d’application de la loi favo­ri­sant la dif­fu­sion et la pro­tec­tion de la créa­tion sur Internet pour­rait dépas­ser les sub­ven­tions octroyées annuel­le­ment à la pro­duc­tion ciné­ma­to­gra­phique, que cette loi dite Hadopi est cen­sée pro­té­ger. Le coût d’identification des adresse IP, per­met­tant d’obtenir de la part d’un FAI les don­nées per­son­nelles d’un abonné à l’ADSL, afin de lui envoyer un email d’avertissement, serait ainsi de 8,50 euros par adresse IP. « Si l’on table, comme les majors de la musique et du cinéma, sur 50 000 iden­ti­fi­ca­tions quo­ti­diennes – chiffre confirmé par le direc­teur géné­ral de la fédé­ra­tion française des télé­coms (FFT) – cela ferait 425 000 euros par jour […]. »"
C'est bien à savoir quand même !

Les commentaires sont fermés.